J'énonce. Tu entends. Il comprend. Nous dessinons. Vous jouez. Ils sculptent.

Une situation s'installe, sorte de jeux aux règles absurdes, derrière chacune des propositions photographiques et filmiques de Laurent Odelain.

De l'énoncé d'une action, se dessine un protocole où le corps de l'interprète entre en dialogue, ou plutôt en lutte, avec un objet, corps inerte de papier, scotch, ou pierre. A travers ces expériences, se forme une collection de sculptures vivantes et éphémères. Que l'on soit à Berlin, Helsinki ou dans une campagne alsacienne, l'environnement est utilisé comme un décor peint, un arrière plan qui dit nulle part. Tout semble se passer dans un non lieu, dans un hors temps. Les gestes que l'on y observe sont entre, entre ceux d'un dessinateur et d'un sculpteur, entre ceux du jeu et de l'ennui, entre ici et ailleurs. Ses propositions sont des culs-de-sac, des impossibles, une forme poétique du désenchantement. Dans ce continuum d'actions absurdes, on croise régulièrement la figure de Sisyphe, agissant ainsi en miroir de nos propres gestes répétés à l'échelle d'une vie, bis repetita placent, que l'on commence et recommence, aveugle de nos erreurs.

Entrer dans cet entre, c'est accepter de ne pas savoir où l'on va, où ça va. C'est se demander perpétuellement ce qui se passe. On croise dans ses images ou dans ses récits, des gens en lutte, une lutte passive par la lenteur, l'action vaine. Ces personnages ne sont peut-être pas autant perdu qu'ils le paraissent. Peut-être est-ce nous qui cherchons, en vain, un sens à tout. Bientôt on la rendra utile, comme si toute chose devait se rendre agissante. Alors, de ces poèmes de rien, des ces images du vide, se trace un éloge de l'action peu ou du non-agir, un univers où la procrastination serait maîtresse. Pour venir à bout des vidéos de Laurent Odelain, il faut accepter cela, que ça puisse ne mener à rien, ne rien faire. Et cet état d'abandon est sans doute celui de l'apparition de possibles. Danse potentielle, règles probables, dérive nécessaire.

Camille Bondon, juin 2014

Camille Bondon est artiste.

camillebondon.com


english